Newsletter

, votre souscription a été traitée.

Elías Querejeta Zine Eskola est un centre international de pensée, de recherche, de pratique expérimentale et d'innovation pédagogique autour du passé, du présent et de l'avenir du cinéma

Crée et financée par le Conseil Provincial de Gipuzkoa, Elías Querejeta Zine Eskola naît en 2017 avec un esprit passionné et de renouveau : son objectif ultime n'est pas de former des cadres techniciens selon les modèles de formation classiques et standardisés ; c'est au contraire de stimuler l'émergence de cinéastes avec un regard intégral sur le cinéma et à même de créer des réalités cinématographiques (professionnelles, conceptuelles, créatives,) nouvelles.

EQZE prend forme à partir des domaines de connaissance des trois agents qui participent à sa conceptualisation : Cinémathèque Basque, Festival de Cinéma de Saint Sébastien et le projet culturel de Tabakalera. Elle est installée dans le bâtiment de Tabakalera Centre international de Culture Contemporaine et, où sont également situées ces institutions.

Les institutions impliquées dans le développement de l'école ne sont pas des institutions pédagogiques mais cinématographiques. C'est pourquoi l'école avec laquelle elles collaborent est également et essentiellement un projet cinématographique : une idée cinématographique qui trouve forme comme projet pédagogique. C'est le motif pour lequel l'EQZE n'a pas d'éventail d'offres de formation, mais un seul projet pédagogique, composé de trois programmes de postgrade : Études de Conservation, Études de Commissariat, Études de Création.

La singularité de son origine et son emplacement, de son idée du cinéma et du projet pédagogique font de ce centre un cas exceptionnel au niveau international, ce qui n'exclue pas le fait que, pour ces mêmes motifs, elle aspire à être un laboratoire esthétique et professionnel du cinéma basque.


1

La formation spécialisée a souvent abouti sur un certain type de neutralité dans l'enseignement du cinéma, où seul a semblé importer l'adaptation finale du professionnel aux demandes du marché. À l'extrême opposé, notre école mise sur une idée du cinéma passionnée et indifférenciée de la vie, avec une volonté expérimentale claire et de réactivation sociale.


2

EQZE a une approche unitaire du cinéma, dans laquelle le travail de projeter n'est pas éloigné de celui d'enregistrer des images, comme c'était le cas à l'origine, lorsque la même caméra réalisait les deux fonctions. Cette unité de la caméra est la métaphore qui résume le mieux cette vision : nous voulons conjuguer les trois temps du cinéma en une même phrase, dissoudre les catégories, les genres, les disciplines et les fractionnements des anciens métiers. Nous misons en outre sur l'élargissement du cinéma vers les savoirs secondaires et la connexion avec d'autres arts.


3

Nous imaginons un seul cinéma, sans genre ni qualificatif, mais envisageons par ailleurs de nombreuses manières d'être cinéaste. Parce qu'être cinéaste aujourd'hui ne consiste pas à se limiter à faire des images, c'est également les rendre visibles ; celles qui ont existé, celles qui existent et celles qui existeront.


4

Notre idée de cinéma est éloignée de la stricte urgence de « faire des films » et s'ouvre au contraire au besoin de « faire du cinéma » : penser, toucher, préserver, restaurer, imaginer, sentir, revoir, programmer, enregistrer, garder, projeter... Oui, projeter du cinéma dans tous les sens : imaginer les films qui restent à faire, mais penser également à l'avenir et au présent de ceux qui existent déjà.


5

À EQZE nous comprenons que la prétention de former des cinéastes doit faire l'objet d'une réflexion et d'un questionnement constants. De fait, l'École est elle-même la première matérialisation de cet esprit critique qui la fonde, parce qu'elle est constituée comme un projet pédagogique ouvert et en permanente construction. Nous croyons en une école qui s'aventure dans le complexe et permanent art de la recherche (théorique, émotionnelle, expérimentale, pratique) en commençant par elle-même.


6

Le projet de formation est destiné à ceux qui à l'avenir créeront, rechercheront et seront les commissaires du cinéma. Ses trois itinéraires sont des postgrades en immersion dans lesquels se combinent constamment l'enseignement, la pratique expérimentale, les parcours professionnels et le développement de projets personnels. L'un des principaux éléments du projet pédagogique est la rupture des barrières horizontales (dans et hors de l'institution cinématographique), de telle sorte que le public s'implique activement par des séances ouvertes au débat de formation et créative de l'école même.


7

EQZE apporte une expérience collective (de la communauté pédagogique mais également sociale) ainsi qu'un voyage individuel, au travers du tracé d'itinéraires individualisés pour chaque élève. Une seule école, mais autant d'enseignements que d'élèves. Parce que si chaque personne est différente, pourquoi faire une école égale pour tous ?


8

EQZE développe une méthodologie pédagogique qui combine la recherche, le vécu passionné du fait filmique, la pratique expérimentale et la dissolution des catégories verticales, entre le professionnel et l'amateur, et horizontales, entre le cinéma et d'autres disciplines créatives.


9

L'un des traits principaux de notre modèle pédagogique est la non-séparation entre la pensée et la praxis cinématographique, parce que nous comprenons qu'il y a une manière spécifique de penser à travers la caméra. Comme le dit la maxime d'Aristote, « pour savoir ce que tu dois faire, il faut faire ce que tu veux savoir ».


10

EQZE propose à parts égales une expérience pédagogique et personnelle. Le projet qui articule le cours est la concrétisation la plus finie de cette projection personnelle et cinématographique vers l'avenir. Les stages professionnels se déroulent quant à eux au long de toute l'année (il suffit de monter ou de descendre quelques marches pour se retrouver dans l'espace réel de travail de Cinémathèque,Tabakalera ou le Festival), autant d'opportunités permanentes de passage de l'amateur au professionnel, de la curiosité à l'expérience. Nous aimons penser que ce voyage n'est pas un aller simple, mais un aller-retour et que, depuis l'École, il doit s'intégrer dans la vie du cinéaste du futur comme une habitude naturelle d'oxygénation et de réflexion.